Blogue

Du boulot à l’auto. Ou l’inverse ?

By 16 juin 2019 août 19th, 2019 No Comments

Aujourd’hui, petite journée : dentiste ce matin, 2 clients en après-midi et un atelier d’auto-hypnose active à animer ce soir.
Ce que j’ignorais en me levant, c’est qu’elle allait devenir beaucoup plus petite que ca.

En prenant mes messages, un premier client annule : urgence, je part à l’hôpital. Quelques minutes plus tard, un sms rentre : mon fils s’est blessé, je l’accompagne chez le médecin.
Bon, drôle de coïncidences. 2 sur 2, du jamais vu ! Un peu inquiète pour mes clients, me voilà partie chez mon cher dentiste.
Comme j’arrive sur le stationnement, appel : le docteur a du partir en urgence à l’hôpital, pneumonie, nous devons décaler votre rdv… Ben voyons donc !

Demi-tour, retour à la case départ : maison.
J’ai du temps, fait beau… et si je lavais mon auto ?
Je le fais pas assez souvent en plus.
Je « l’aime » mon auto, je l’appelle mon « hypno-mobile ». Elle est lettrée. C’est bien tous ces autocollants mais je dois la laver à la main.
Donc je le fais pas souvent, tu comprends, pas le temps.
Pis elle est belle, elle roule bien. Tout va.
C’est parti pour les grandes eaux, me voilà en plein nettoyage.

Tient, un peu de rouille ici. Je l’avais pas vu avant… et là, et là… en fait, il a plein de petits points de rouille mon beau char… c’est bin plate!
Pourquoi je l’ai pas vu avant ? Ah oui, j’avais pas le temps, je regardais ailleurs…
En même temps, c’est une 2014, elle dort dehors, c’est un peu normal, pas vrai ?
Pis ça se voit pas tant que ca, faut porter attention (ou porter à tension ?). Tu trouves pas ?
Et puis, quand est-ce que ça devient vraiment limite, dis-moi, histoire que je la fasse traiter juste avant, avant que ça casse, avant que ça soit trop tard?
Pis je pense à mon dentiste, à mes 2 clients du jour…

On laisse s’accumuler des choses, des petits trucs de la vie qui ne font qu’une petite griffe, une minuscule trace dans notre vie, dans notre peau. Une remarque, un faux-geste, une peine, une douleur, qu’on ne remarque parfois qu’à peine – tient, intéressante expression « à peine », c’est presque triste… et puis un jour on se rend compte qu’aussi petit que ça ait eu l’air d’être, ça a pris de l’ampleur, tout seul. On en a pas pris soin et tout d’un coup, ça fait mal. Notre corps, c’est notre véhicule. Notre tête, notre moteur. L’un ne va pas sans l’autre.

Et si le moment, c’était maintenant ? Maintenant le temps d’en prendre un tout petit peu pour que la montagne ne devienne pas trop haute à gravir. Maintenant le temps de prendre soin de soi.
Histoire que ça ne soit pas la vie qui le fasse pour toi…

Prenez bien soin de vous ☀️