86 400 $

Inspiré de « Et si c’était vrai », de Marc Levy

C’est un jeu:
tous les matins au réveil, on te donne 86 400 dollars, avec pour seule contrainte de les dépenser dans la journée.
Le solde non-utilisé est repris quand tu vas te coucher.
Ce jeu peut s’arrêter à tout moment.

La question est : que ferais-tu d’une telle chance ?

D’aucun pourrait répondre qu’il dépenserait chaque dollars à se faire plaisir, et à offrir une quantité de cadeaux aux gens qu’il aime.
On pourrait faire en sorte d’utiliser chaque pièce offerte par cette « banque magique » pour apporter du bonheur dans nos vies et dans celles de ceux qui nous entourent .. et même de ceux que nous ne connaissons pas d’ailleurs parce que c’est pas si facile de bien dépenser 86 400dollars tous les jours.

Cette banque magique nous l’avons tous : c’est le temps !
C’est la corne d’abondance des secondes qui s’égrènent !
Tous les matins au réveil nous sommes crédités de 86 400secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir il n’y a pas de report possible, ce qui n’a pas été vécu dans la journée est perdu. Hier vient de passer.

Chaque matin, cette magie recommence. Nous sommes crédités de 86400 secondes de vie, et nous jouons avec cette règle incontournable : la banque peut fermer notre compte à n’importe quel moment, sans aucun préavis : à tout moment la vie peut s’arrêter.

Alors que fais-tu de tes 86 400 secondes quotidiennes ?

Les bienfaits de l’auto-hypnose

auto-hypnoseL’hypnose est utilisée depuis des siècles pour dépasser des blocages, calmer l’esprit ou améliorer la performance.

Mais est-il possible de l’utiliser sur soi-même ?
La réponse est oui ! C’est très efficace. Ça s’appelle l’auto-hypnose.

Petit guide vers plus de contrôle sur sa vie.

À quoi ça ressemble ?

auto-hypnose femmeVu de l’extérieur, l’auto-hypnose peut ressembler à une forme de méditation.

Elle se pratique généralement assis, dans une position confortable mais qui garde quand même une certaine tonicité – dos droit, épaules relâchées, tête relevée-.

Au début, il est plus facile de la pratiquer au calme, dans un lieu connu mais avec le temps, on apprend à faire de l’auto-hypnose dans des lieux plus achalandés, avec tout autant d’efficacité.

Loin des lieux communs

Loin des lieux communs, l’auto-hypnose n’est pas un sommeil, ni une perte de contrôle. Au contraire, c’est un état où nous faisons ralentir nos fréquences mentales pour nous permettre de penser différemment, et plus efficacement.
Comment est-ce possible ?
Et bien, c’est finalement assez simple : lorsque nous sommes éveillés, notre cerveau fonctionne en privilégiant notre mode de pensées le plus fort. Selon les gens, ce mode de pensée sera plutôt logique (hémisphère gauche), ou plutôt artistique (hémisphère droit)
L’état d’hypnose et d’auto-hypnose permettent de travailler avec nos 2 hémisphères simultanément. Il en résulte une capacité doublée de trouver des solutions nouvelles à nos objectifs personnels.

L’inconscient

hypnose bloquéL’inconscient c’est cette partie de nous qui gère les réflexes, les instincts, les émotions, le métabolisme. Apprendre et utiliser l’auto-hypnose, c’est ouvrir les portes de son inconscient, de cette immense part de nous qui travaille 24h/24. Cette immense partie de nous sur laquelle nous n’avons normalement pas de contrôle.

L’hypnose va ouvrir la possibilité d’un dialogue, d’une communication avec cette partie si active de notre être.

Bénéfices et Applications au quotidien

Hypnose et auto-hypnose peuvent être utilisées dans de nombreux domaines. En voici une liste non-exhaustive. Dans de nombreuses situations, elle peut (et devrait) être utilisée en complément d’autres méthodes.
Il est bien sur des domaines dans lesquels l’hypnose se montrera particulièrement performante et d’autres où son apport ne sera qu’un petit bonus.

Développement personnel :
o    Estime de soi, confiance en soi et affirmation de soi
o    Détente et relaxation
o    Gestion des émotions / humeurs
o    Difficultés de comportement
o    Motivation et atteinte d’objectifs
o    Modification d’habitudes gênantes

Développement du potentiel :
o    Prise de parole en public
o    Bien-être au travail
o    Capacité à gérer les conflits
o    Développement du leadership
o    Gestion du temps, des retards et des deadlines
o    S’établir et suivre des priorités
o    Développement de la concentration
o    Apprentissage scolaire
o    Apprentissage des langues
o    Mise en place / Acquisition de stratégies mentales

Amélioration de la qualité de vie :
o    Travail sur le sommeil et les rêves
o    Tics nerveux et gestion du stress
o    Difficultés alimentaires, stabilisation, prise ou perte de poids
o    Tabagisme
o    Allergies

Pour les sportifs, artistes ou performers :
o    Préparation mentale
o    Amélioration du mouvement, de l’équilibre et du timing
o    Préparation aux évènements

Vous voulez en savoir plus ? C’est par ici

Autres points de vue pertinents :

quand_on_veut_on_peut_pouvoir_de_l_autohypnose_16436
La vision de Canal Vie de l’auto-hypnose – Quand on veut, on peut! Le pouvoir de l’autohypnose

Le poids et les émotions

belly-2473_640Un texte beau et profond sur l’étroite relation entre la prise (ou la perte!) de poids et les émotions.
Une belle inspiration à s’aimer mieux soi-même et à travailler à retrouver son amour de soi…
(Traduit du texte Eva Ka Karuna)

Qu’est ce qui fut ce qui te fit grossir?
Ni une alimentation déficiente, ni un manque d’exercices n’ont provoqué tes kilos en trop.

Ce qui te fit grossir fut la peur, le sentiment d’abandon, le manque d’amour, la dévalorisation, la vulnérabilité, tout cela tu l’exprimas par des impulsions inconscientes, et elles se manifestèrent comme de mauvaises habitudes alimentaires.

Tiens compte que la finalité des expériences douloureuse n’est pas de perdurer, sinon nous enseigner une leçon et ensuite disparaître….. Cependant comme ton système d’épurement émotionnel est abîmé, (ton mental) il a essayé, inconsciemment de te débarrasser de ces pensées et sentiments par le moyen de la digestion disant :

« Si je ne peux traiter ma tristesse,
peut-être puis-je la manger.
Si je me peux traiter ma colère,
je suis peut-être capable de l’engloutir »

Cet excès de poids disparaîtra lorsque ton enfant intérieur qui vit encore dans ton corps d’adulte, grandissant au travers de la graisse pour être reconnu et protégé par l’adulte, se rendra enfin compte que la peur appartient au passé et qu’enfin il est en sécurité.
Cet enfant intérieur arrêtera de grandir sous forme de graisse….

poid-et-emotion_hypnoseJe veux que tu saches que la graisse est une résultante physique de ton besoin de prendre de la distance avec les AUTRES, cette graisse a été un rempart pour te protéger, une barrière que tu as créée, toi-même.

Je te propose d’abattre les briques de ce mur qui ont des noms :

HONTE, RAGE, PEUR, RANCŒUR, INJUSTICE, PROTECTION, SÉPARATION, ÉPUISEMENT, STRESS, COMPLEXE D’INFÉRIORITÉ.

La graisse que tu t’enlèves de dessus avait pénétré ton subconscient avant de s’accumuler dans ton corps et lorsque le poids disparaitra de ton esprit, il abandonnera ton corps.

 

Zone de confort et zone de panique

Cette vidéo, très bien illustrée, explique merveilleusement les avantages et conséquences du changement. À regarder sans modération !!

Version française

Version originale – Anglais

Zone de confort / Zone d’apprentissage / Zone de panique / Zone de magie

Souvent, nos principes d’éducation sapent la confiance en soi en restreignant notre vision du monde : « il faut que tu travailles fort ! », « fait des sacrifices », « acceptes ton destin! » (..)
Tout dépend des croyances de chacun par rapport aux situations, au projet et au changement en tant que tel.

get-out-of-your-comfort-zoneLes phases du changement

On différencie 3 zones :

Zone de confort (confort zone)
c’est la zone de contrôle, de familiarité, même si c’est désagréable (ex. trafic, boss qui crie, disputes dans le couple..). Celle de ce que l’on connait, des habitudes, de la routine, des habiletés, des connaissances et des attitudes. Un peu la « zone réflexe »

Zone d’apprentissage (Learning zone)
Zone dans laquelle on élargit notre vision du monde (ex. voyage, apprentissage de langue..). On y compare, observe, expérimente, apprend, profite.
Certaines personnalités adorent cette zone et la recherchent. Pour d’autres, c’est un espace très difficile et ils préfèrent rester dans la zone du confort, la « zone connue » car pour eux « en sortir = danger ».

Zone de panique (Panic zone)
Double regard : pour ceux qui généralement refusent de sortir de leur zone de confort, c’est la zone de « fin du monde ». Ils craignent de perdre leurs acquis.
Pour d’autres, c’est la zone de magie (magic zone), celle des grands challenges.
Ici, le changement est un développement.

learning-zone-1024x666

La tension émotionnelle et la tension créative, 2 forces contraires

2 éléments à prendre en compte dans ce cheminement :

Tension émotionnelle
Elle ramène vers la zone de confort.
Pour cela, il faut que les émotions gagnent sur les peurs. Ces peurs sont personnelles à chacun : peur de l’échec, du ridicule, honte, regard des autres .. il est important de les reconnaitre et les adresser.

Tension créative
Elle pousse vers l’avant dans un rapport émotion-créativite-tension

emotion-creativite-tension

Le cercle vertueux du changement

1. Développer/ préserver sa confiance en soi : qui suis-je, quelles sont mes forces ? (WHO)

2. Être CS que ce que nous ne décidons pas, les autres le décideront pour nous => décider quels sont nos objectifs (WHAT)

3. Gérer les peurs => augmentation de la confiance en soi => développement de nouvelles opportunités au travers d’une nouvelles visions du monde => les objectifs personnels deviennent plus clairs (WHY)

4. => comparer point de départ et point d’arrivée =>le chaos fait place à un sentiment de raccourcissement, compréhension de ce que l’on a besoin d’apprendre. Pour rester dans la tension créative, il est important ici de garder en tete son origine, ses valeurs, ses principes et son propre objectif de vie (WHAT FOR)

5. => Décisions et Prise d’actions (HOW) => possibilités de retourner dans la zone de confort pour aller chercher les ressources et capacités qu’on a pu laissé derrière et oublier dans l’urgence.

Être patient, positif et confiant en soi et en ses capacités

who-what-why-how-1024x586

 

cercle-vertueux-changement

Au-delà du regard, au-delà des mots

Attention, ce qui suit est super émouvant !
Avez-vous déjà fait ce jeu de regarder, les yeux dans les yeux, pendant plusieurs minutes un inconnu ? Un proche ? Vous n’y verrez pas qu’une forme, une couleur, un iris. Vous y lirez une vie, une âme, des émotions, des tendresses, des peurs .. un cœur.
Voir au delà du regard, faites vous en le cadeau !

2016, année heureuse

2016 profile devant nous sa longue silhouette pleine de promesses.
12 mois de possibilités, d’opportunités, de défis !
Une année toute neuve, à peine déballée de son emballage des fêtes.
Quel cadeau!

Avez-vous déjà remarqué comme parfois, rendu au mois d’aout, on se dit « déjà septembre ! Je n’ai pas vu le temps passer ! ». Et hop, en un instant, la belle silhouette de 12 mois se tasse et se transforme, elle s’éloigne, comme une main qui nous échappe avant que nous ayons pu la saisir !
Les jours, les semaines, les mois passent et, emporté dans le tourbillon du quotidien : on oublie, on s’oublie.

Il est important de rendre quelqu'un heureux et il est primordial de commencer par soi-même

Il y a un secret très mal gardé.
Peut-être l’avez-vous déjà entendu : notre bonheur dépend de nous, il part de l’intérieur. Le truc avec ce secret.. c’est qu’il est vrai ! Le bonheur, comme la réussite, comme l’amour : ça part de nous. C’est comme un petit soleil, s’il brille en nous, il illuminera ceux qui nous entourent, en nous nourrissant au passage de son énergie et de ses vitamines positives !

Pour 2016, je vous souhaite de penser à vous. De garder en vous cette petite flamme allumée, celle du questionnement, celle du pourquoi, celle qui se demande « est-ce que c’est bon pour moi ? » et « pourquoi je fais ca ? ».

Prenez le temps de penser à vous, de définir ce qui est important pour vous et ce que vous voulez accomplir.
Ne plantez pas des carottes en priant pour des melonsC’est un fait : il est très difficile d’atteindre une cible que l’on ne voit pas. Aussi simple que cela puisse paraitre, définissez clairement ce que vous voulez devenir cette année, et il vous sera beaucoup plus facile de trouver le chemin qui vous convient pour atteindre ces buts.

Utilisez ces 365 jours, enfin 360 en ce 05 janvier, à votre bénéfice !
Fixez-vous des buts et .. amusez-vous à les atteindre ☺

Bonne année !

Contes : Les deux loups intérieurs

Un homme âgé dit à son petit-fils, venu le voir très en colère contre un ami qui s’était montré injuste envers lui : « Laisse-moi te raconter une histoire. . . Il m’arrive aussi, parfois, de ressentir de la haine contre ceux qui se conduisent mal et n’en éprouvent aucun regret.
Mais la haine t’épuise, et ne blesse pas ton ennemi.
C’est comme avaler du poison et désirer que ton ennemi en meure.
J’ai souvent combattu ces sentiments. »

Il continua: « C’est comme si j’avais deux loups à l’intérieur de moi ; le premier est bon et ne me fait aucun tort.
Il vit en harmonie avec tout ce qui l’entoure et ne s’offense pas lorsqu’il n’y a pas lieu de s’offenser.
Il combat uniquement lorsque c’est juste de le faire, et il le fait de manière juste.
Mais l’autre loup, ah ! Il est plein de colère. La plus petite chose le précipite dans des accès de rage.
Il se bat contre n’importe qui, tout le temps, sans raison. Il n’est pas capable de penser parce que sa colère et sa haine sont immenses.
Il est désespérément en colère, et pourtant sa colère ne change rien.
II est parfois si difficile de vivre avec ces deux loups à l’intérieur de moi, parce que tous deux veulent dominer mon esprit.»

loupLe garçon regarda attentivement son grand-père dans les yeux et demanda :
« Lequel des deux l’emporte, grand-père ? »

Le grand-père sourit et répondit doucement : « Celui que je nourris »

 

Histoire amérindienne

Contes : L’abeille et le moment présent

abeillePar une chaude journée d’été, une belle abeille très vaillante butine passionnément dans le grand champ du voisin.
Elle est reconnue pour être la plus efficace, la plus rapide, pour apporter le meilleur nectar.
Comme chaque jour, elle butine de longues heures, s’affaire de fleurs en fleurs, récoltant le plus possible pour la ruche.
Comme chaque jour, elle veut se rendre un peu plus loin, à la découverte de nouvelles variétés de fleurs, de nouvelles saveurs, de nouvelles rencontres.
Papillons, fourmis, lézards la connaissent tous, la voyant passer, prestemment, chaque jour. Toujours plus rapide, plus connaissante.

Elle est en quête, en quête du pollen parfait. De la source parmis les sources.

Et un soir, où elle travaille comme souvent de longues heures, poussant toujours plus loin ses forces, elle voit une fleur. Elle voit La fleur. Plus belle et lumineuse d’entre toutes. De loin, dans la nuit, elle semble briller de mille couleurs. Elle doit aller voir. Elle doit se rapprocher. Elle ressent l’air frais autour d’elle, et, comme gonflée d’oxygène, elle file vers les pétales. Oranges, jaunes, bleues! Elle s’approche de plus en plus.
Et c’est là qu’une douleur violente, poignante la saisie. Brulée par la fleur, elle tombe.

La fleur était une flamme.

Comble de chutes, elle rebondit de feuilles en feuilles, voyant la fleur enflammée s’éloigner d’elle.
La belle abeille tombe finalement sur le sol, dans un grillonnement infini.
.. Congrès de cigales.
La vie a parfois l’art de passer ses messages sans mesure.
Outre la cuisante découverte de la fleur enflammée, sa déchéante chute l’amène au coeur d’une conférence de l’insecte le plus paresseux d’entre tous!
Les fourmis lui en avais déjà parlé ; mais jamais elle n’en avait vu d’aussi près.
L’impatience est à son paroxisme.
Le sol. Elle l’avait presque oublié. Il arrive vite, si vite.

Bang. Dans un bruit sourd, son dos perctute le sol. Perte de conscience.

Elle reprend conscience. Combien de temps s’est écoulé ? Une minute, 2 jours. Le temps a perdu son sens.
Elle réalise que le silence s’est fait. Le bourdonnement tourbillonnant de la vie s’est arrêté.
Comme un éclair la traversant, tous ces réflexes nerveux s’unissent, ses muscles se contractent. Tendons, ligament tout s’unit en elle pour reprendre l’envol. Repartir, comme d’habitude. Continuer, y retourner.
La seule réponse de son corps, si servile de coutume, n’est qu’une vive douleur.
Elle se sent comme une pierre. Clouée au sol. Son aile droite est brûlée, trop blessée. L’aile gauche bat, autant qu’elle peut. Efforts inutiles.
Sa grand-mère, la chef des grandes ouvrières de la ruche, lui avait déjà dit : ‘ma petite, on ne vole pas à une aile’.
Épuisée, elle s’endort, entourée des insectes muscisiens, dans un silence profond.

Le temps passe. Jours, semaines. Ne pouvant partir, elle s’est installée chez les grillons, qui l’ont accueilli avec une désinvolture quasi hippie. Ce qui semblait être paresse vu de l’extérieur est un mode de vie, simple et libre.

Dans son quotidien, tout ce qui paraissait si simple est devenu un défi.
Quelle frutration de découvrir les limites, plus que ca de les ressentir dans sa chair. Aucun entrainement, aucun outil ne peut l’aider dans cette épreuve, dans cette étape.
Et puis, il y a la cupabilité aussi, le bon mot serait ‘une inertie coupable’. Ses pensées, elles, volent continuellement vers la ruche. S’affranchissant des limites géographiques, ignorant les contraintes physiques, elle n’aspire qu’à une chose : retourner à sa ruche .. pour mieux en sortir.
Ce nid où la vie continue sans elle. Pendant qu’elle continue sa vie, ailleurs.

Le temps passe.
Progressivement, la compagnie des cigales, la musique de leur quotidien, leur esprit festif donne une nouvelle dimension aux journées.
Laisser le temps au temps. Laisser la dynamique du moment prendre une autre perspective.

Et puis, dans le fond, cette désinvolture a ses bons cotés. Apprendre à utiliser ce temps. L’abeille décide d’accompagner ses hôtes à la flute.
Elle se découvre un talent insouspsonné! Elle y découvre aussi un plaisir incroyable. Participer au groupe, être dans le mouvement collectif. S’adonner à une forme de création, artistique celle là.
La guérison suit son cours, son aile repousse, doucement.
Loi de cause à effet, avec chaque jours de nouvelles découvertes, précieuses, se font.

Avec sa musique, elle fait la joie de ses nouveaux amis.
Et un jour, lors du congrès annuel, elle donne sa plus belle performance.
L’auditoire est au comble de l’allégresse. Et alors qu’elle termine sa prestation : silence. Un silence émerveillé se fait.
Des murmures. Des sourires. Et soudain un bruit sourd monte, de plus en plus fort, il se transforme en liesse collective : elle vole !
Pour la 1er fois de sa vie, elle prend son conscience de la magie de ce geste simple. Tout en elle vibre, vit, palpite. Elle tente quelques arabesques puis part dans une danse aérienne endiablée, à laquelle rapidement une mélodie improvisée, musique du coeur que sa flûte transcrit à merveille.

Elle réalise qu’elle peut retourner chez elle.
Mais en a-t-elle simplement envie ?
Chez elle, c’est où, c’est quand. C’est comment ?
Avec gratitude, elle prend le temps de remercier l’audience. Cette foule d’amis, hier inconnue, qui l’a soutenu, lui a permis de guérir et se métamorphiser.

Elle reprend la route vers sa ruche, cet hier qui sera son demain.
Elle ne revient pas comme elle est partie.
Étrangement, les limites, les distances, tout est différent. Elle revient différente.

En chemin, elle apprécie juste le fait de voler. De sentir les mouvements de ses ailes, de leurs forces. La fraîcheur de l’air, la beauté du paysage. Éblouie par chaque détail, elle se facsine pour les nuances de vert de chaque feuille. Chaque fleur lui semble unique, exceptionnelle.
Les doux rayons du soleil réchauffent son envol et son coeur.
Elle se sent légère, si légère, et en même temps si pleine d’une reconnaissance infinie pour la vie, sa beauté, ses facettes, ses secrets cachés.
Elle se sent bien.

Au loin, elle voit sa ruche, toujours plus proche.
Sa flûte sous l’aile droite, elle revient chez elle transcendée, plus forte et plus sage, remplie d’espoir.
Arrivant aux portes de la ruche, elle est émerveillée de la beauté qui se trouve autour d’elle. Redécouvrant un paysage pourtant si connu, elle réalise que là, tout près de la ruche se trouve mille et une fleurs sublimes, que chacune a son parfum unique.
Ce qu’elle cherchait si loin était en fait si près …